Texas : une loi qui interdit d’avorter après six semaines de grossesse

Ce mercredi 19 mai, le gouverneur du Texas a signé une loi interdisant d'avorter après six semaines de grossesse, dans le cadre d'une offensive menée par les États américains conservateurs contre le droit à l'avortement.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Selon le républicain Greg Abbott,  » La loi garantit que chaque enfant non né dont le cœur bat sera sauvé des ravages de l’avortement« . Ce texte ne prévoit aucune exception en cas de viol ou d’inceste.

Alors que de nombreuse femmes ignorent encore qu’elles portent la vie, le Texas ainsi que d’autres États se sont permis de voter des lois qui interdisent d’avorter dès que le coeur du fœtus bat, vers la sixième semaine de grossesse environ. Elles ont bien évidemment été invalidées car elles vont à l’encontre de la jurisprudence de la Cour suprême des États-Unis qui selon elle, a le droit d’avorter une personne dont le fœtus n’est pas viable, c’es-à-dire entre 22 et 24 semaines de grossesse.

En outre, la juridiction qui a été ancrée par Donald Trump risque de tout changer. Elle a signalé que le critère de « viabilité » pourrait être modifier lors de l’examen d’une loi du Mississippi , interdisant donc l’avortement après 15 semaines.

Ainsi, il existe un dispositif que contient la dernière loi texane, qui autorise un citoyen de n’importe quel État à engager des poursuites contre les médecins ou les structures qui sont potentiellement en mesure d’aider une patiente à avorter. Selon la présidente de l’organisation Planned Parenthood, qui s’occupe de plusieurs cliniques pratiquant des avortements, cette loi est dite  » l’une des plus extrêmes du pays ».

Depuis le début de l’année, 500 mesures de restrictions ont été adoptées et selon elle, « Le but est clair : attaquer sans relâche les droits à la santé reproductive jusqu’à ce que l’avortement ne soit plus qu’un droit sur le papier. »

Certes le droit à l’avortement a été reconnu par la Cour suprême dans les années 70 plus précisément en 1973 mais il continue de diviser le pays tant bien dans le milieu culturel que politique, avec une forte opposition aux IVG dans les milieux religieux, et une forte mobilisation des électeurs de droite.

(Wakil Kohsar / AFP)

Afghanistan : les Etats-Unis décollent, Kaboul et l’Afghanistan plongent

Le 14 avril dernier, Joe Biden affirmait, la mise en action du projet Doha, selon lequel plus aucun soldat américain ne serait en Afghanistan à la date symbolique du 11 septembre. Selon Etats-Unis, ils ont rempli leur mission qui était d’assassiner Oussama Ben Laden, commanditaire des attentats de 2001. Le retrait des troupes n’était pas sans compter la menace d’une résurgence des talibans dans le pays. Maintenant que le gendarme américain s’est retiré, la situation préoccupe la communauté internationale et la prise de Kaboul est alarmante.

9 juin : un retour à la vie normale

La prochaine phase du déconfinement arrive à grand pas. Ce mercredi 9 juin sonne le décalage du couvre-feu à 23 heures, les bars et restaurant quant à eux pourront réouvrir leurs salles intérieurs.

Laisser un commentaire

Gérer mes cookies
Des cookies sont utilisés sur ce site Web. Ceux-ci sont nécessaires au fonctionnement du site Web ou nous aident à améliorer le site Web.
Accepter tout les cookies
Enregistrer la sélection
Paramétrer
Paramètres individuels
Ceci est un aperçu de tous les cookies utilisés sur le site Web. Vous avez la possibilité de définir des paramètres de cookies individuels. Donnez votre consentement à des cookies individuels ou à des groupes entiers. Les cookies essentiels ne peuvent pas être désactivés.
Sauvegarder
Annuler
Essentiel (1)
Les cookies essentiels sont nécessaires pour la fonctionnalité de base du site Web.
Afficher les cookies