Boris Johnson : Accusé de corruption

L’ancien conseiller de Boris Johnson, Dominic Cummings accuse son ex-patron de corruption
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

C’est Dominic Cummings, le bras droit de Boris Johnson qui a dénoncé son propre patron de corruption. En effet, il l’accuse d’avoir financé des travaux à son domicile par des donateurs privés. Dominic Cummings affirme avoir donné son avis au premier ministre quant à ses travaux en les définissants de « contraires à l’éthique, insensés et peut-être illégaux ».

Des dépenses illégales

Selon le gouvernement, une facture de 58 000 livres soit plus de 66 000 € a bien été enregistrée comme les travaux réalisés par le premier ministre britannique ; néanmoins nous ne savons pas d’où provient le financement : de lui-même ? du parti conservateur ? ou d’un donateur ?

Suite à ce scandale, d’autres questions se posent autour de la gestion financière de son gouvernement. La commission électorale, règlementant les dons, enquête actuellement.

L’opposition travailliste réclame une enquête

Les accusations sur le premier ministre britannique ne s’arrêtent pas là. Cette affaire à fait ressurgir un nouvel épisode fâcheux : la BBC a publié un échange de SMS entre B. Johnson et l’industriel James Dyson en mars 2020. Dans cet échange, le premier ministre demande à J. Dyson des privilèges fiscaux pour ses salariés en échange de sa participation à l’effort du pays contre la covid-19.

Ces nouvelles accusations ne sont pas tombées dans l’oreille de sourds puisque l’opposition travailliste lutte pour qu’une enquête indépendante soit menée de toute urgence.

Le départ de Dominic Cummings

L’ancien conseiller de Boris Johnson a donc fait le choix de quitter Downing Street en novembre pour plusieurs raisons dont des conflits liés à la compagne du premier ministre britannique. En outre, son départ est également lié au fait que B. Johnson aurait tenté d’arrêter une enquête sur des fuites par rapport à une décision de confinement à l’automne dernier. Cette dernière accusation est aussi réfutée par les services de Boris Johnson.

(Wakil Kohsar / AFP)

Afghanistan : les Etats-Unis décollent, Kaboul et l’Afghanistan plongent

Le 14 avril dernier, Joe Biden affirmait, la mise en action du projet Doha, selon lequel plus aucun soldat américain ne serait en Afghanistan à la date symbolique du 11 septembre. Selon Etats-Unis, ils ont rempli leur mission qui était d’assassiner Oussama Ben Laden, commanditaire des attentats de 2001. Le retrait des troupes n’était pas sans compter la menace d’une résurgence des talibans dans le pays. Maintenant que le gendarme américain s’est retiré, la situation préoccupe la communauté internationale et la prise de Kaboul est alarmante.

Laisser un commentaire

Gérer mes cookies
Des cookies sont utilisés sur ce site Web. Ceux-ci sont nécessaires au fonctionnement du site Web ou nous aident à améliorer le site Web.
Accepter tout les cookies
Enregistrer la sélection
Paramétrer
Paramètres individuels
Ceci est un aperçu de tous les cookies utilisés sur le site Web. Vous avez la possibilité de définir des paramètres de cookies individuels. Donnez votre consentement à des cookies individuels ou à des groupes entiers. Les cookies essentiels ne peuvent pas être désactivés.
Sauvegarder
Annuler
Essentiel (1)
Les cookies essentiels sont nécessaires pour la fonctionnalité de base du site Web.
Afficher les cookies